Editos

Vous avez dit banal ? Le four de Poligny, notre logo.

Vous avez dit banal ?

Pour un premier édito, je vais retourner quelques siècles en arrière et parler de « banalités ».

Première approche : sur internet la banalité est définie comme : le « droit du seigneur de contraindre tous les habitants de sa seigneurie à utiliser, moyennant une redevance en argent, l’équipement technique (four, moulin, pressoir…) qu’il a réalisé à ses frais sur son domaine ».

Deuxième version : les banalités sont les installations techniques que le seigneur a faites bâtir, qu’il doit entretenir et mettre à la disposition (moyennant finance) de tout habitant de sa seigneurie. Le four devient four banal, les moulins et les pressoirs deviennent banaux.

Troisième aspect : les banalités sont les taxes versées par le « vilain » à son seigneur. Ces émoluments correspondent à l’utilisation « obligatoire » des installations mises à disposition par le « seigneur ».

Ces pratiques, pas si banales, imposaient aux riches de mettre en place et d’entretenir des structures indispensables à la vie quotidienne des villageois. Les villageois devaient les utiliser en exclusivité moyennant de l’argent ou un don « en nature ». Vu l’inexistance de boulangers, les fours étaient gérés par les « fourniers » qui recevaient une taxe, le « fournage » ,en échange de la fabrication du pain. Selon les récits anciens, la présence d’un four en commun évitait les initiatives personnelles et prévenait les incendies qui étaient parfois dévastateurs car la plupart des maisons étaient en bois.

Tous ces « privilèges » ont été abolis en 1793. Il reste aujourd’hui de très nombreux fours banaux dans le Champsaur, le plus vieux étant celui de Villeneuve. Le four de Poligny est bien conservé, il est un symbole du passé et est devenu le « logo » de l’ASPP de Poligny.

ASPP de Poligny tout droit réservé. CGA A french man in Camargue.