Artisanal

Le travail du chanvre

Le travail du chanvre

Le terme chanvre textile désigne la plante et sa fibre végétale tandis que le mot cannabis est le nom de sa forme psychotrope bien qu’il s’agisse de la même espèce botanique.

Dans les Hautes Alpes, le chanvre servait principalement à la fabrication des cordes, parfois il était utilisé pour la confection des vêtements. En fait, les utilisations sont très variées allant de la fabrication d’huiles, à l’isolation phonique et thermique en passant par la confection de litières. Il faut également noter son utilisation dans l’alimentation et comme combustible. 

Cette plante est très rustique et s’adapte bien aux conditions climatiques des montagnes. Le chanvre est récolté au début de l’automne. Il est battu puis lié en petites gerbes.

Comme pour certains bois, le chanvre est trempé au ruisseau ou dans des mares appelées « serves ». Cette manœuvre qui consiste à séparer les fibres de la tige se dénomme le rouissage.

La durée de ce traitement est variable et tient compte de l’odeur et de la souplesse des brins. Une fois sèches, les branches de chanvre sont travaillées. Cette étape consiste à casser les tiges avec une broie à chanvre afin de détacher l’écorce de la fibre. Les étapes suivantes sont le teillage et le peignage. 

Lors des veillées, les femmes mettaient les fibres en écheveaux pour les filer avec un rouet, parfois à la quenouille. Tout le monde, en fin de soirée, avait mal au crâne et parfois des sensations « bizarres » comme avec le chanvre indien.

Au final on obtenait cordes et cordelettes.

La légende affirme que si le chanvre n’était pas filé pour Noël, le fil serait mangé par les souris.

_____________________________________________________________________________________________________________

Le chanvre et ses multiples utilisations par BRUT

ASPP de Poligny tout droit réservé. CGA A french man in Camargue.