Culturel

Les anciens jeux de pions

Les anciens jeux de pions

Si l’on se limite aux jeux anciens avant 1920 on retrouve malgré tout de très nombreux jeux de société avec des pions.

Dans un livre sur « l’histoire des jeux de société » de JM Lhôte, ils sont classés en différentes stratégies : alignement (morpion, force 4), affrontement (dames, échecs), arrangement (go, yoté), par chasse (assaut) sur parcours (halma, quoridor)

Le morpion appelé également tic-tac-toe, est un jeu universellement connu. Il se joue à deux et le but est de créer un alignement sur une grille créant un damier de 3 cases par 3 cases. On marque un point dès que 3 symboles sont alignés horizontalement, verticalement ou en diagonale. On peut utiliser des grilles plus grandes de 4X4 cases voire 5X5 cases.

Le jeu de dames est le jeu le plus joué dans les campagnes et ce à tout âge.

Les échecs se jouent dans le monde entier avec de nombreux concours nationaux et internationaux et notamment un championnat du monde retransmit par les télévisions du monde entier.

Le loto classique se joue avec 90 pions. Les pions anciens étaient semi sphériques et le plus souvent en ivoire du temps de Napoléon 1°. Par la suite ils étaient faits avec du buis et actuellement en matière plastique. Le jeu comprend une boite « à bourlingue » et un plateau de rangement pour y placer les pions au fur et à mesure qu’ils sont énoncés. Les parties se jouent à quine (une rangée pleine) et à carton plein. Selon les régions certains numéros ont des surnoms : le 89 devient la « mamé », le 90 le « papé », le 69 la « tempête sous la couette, à l’endroit comme à l’envers, barbe et cheveux », le 14 est « l’homme fort ».

Le jeu de Go actuel vient du Japon ou l’on pense qu’il est pratiqué depuis le XV° siècle. Il y a un tablier appelé « goban » qui est quadrillé par 19 lignes horizontales et autant de verticales. Chaque joueur place des pions appelés « pierres » blanches au nombre de 180 unités et noires (181unités) sur les intersections (il en existe 361). Il faut construire des « territoires » et encercler des pierres qui deviendront des « prisonniers ». Celui des 2 joueurs qui a le plus de territoires et de prisonniers est déclaré vainqueur.

Les jeux d’assaut opposent 2 joueurs. L’un a de nombreux pions qui peuvent être pris et enlevés. L’autre a moins de pions qui peuvent être bloqués. Ce jeu un peu simpliste se pratiquait en Europe dès le 13° siècle.

Le Halma est un des jeux sur parcours le plus connu. Le Halma.

C’est un jeu ancien créé en 1883 par un américain (G H Monks) qui vient du mot grec « alma » qui signifie « saut » (c’est aussi le nom d’une des 5 épreuves du pentathlon antique)

Il comprend ; un plateau de jeu de 256 cases et 64 pions dont 19 jaunes, 19 bleus, 13 vertes et 13 rouges. Le plateau de jeu est carré de 35 cm de côté et il y a dans ses 4 coins des cases colorées : 13 cases vertes en face de 13 rouges et 19 cases jaunes en face de 19 bleues. Ces cases ne sont pas toujours colorées à l’origine du jeu mais simplement séparées du reste du plateau par un trait épais qui délimite les 13 et 19 cases d’angle.

Les pions (19 par joueur à 2 et en solitaire, 13 par joueur à 3 ou 4) sont disposés dans chaque coin et ce en fonction de leur couleur. A tour de rôle on déplace les pions sur une case voisine. Le déplacement peut se faire dans toutes les directions, on peut reculer, sauter par-dessus un pion, enchainer plusieurs sauts. On ne peut pas bloquer son camp en y laissant les pions sur les cases. La partie se termine quand tous les pions d’un joueur sont dans le camp adverse.

Ce jeu à des règles très proches de celles des dames chinoises.

ASPP de Poligny tout droit réservé. CGA A french man in Camargue.