Culturel

Saint Martin de Tours

Saint Martin de Tours

St Martin de Tours est le saint protecteur du village de Poligny.
Né sous l'empire romain en l'an 316, Martin est mort le 8/11/397. Les épisodes de sa vie sont rapportés par S. Severe dans un écrit intitulé " la vie de St Martin ".

La St Martin est célébrée le 11novembre, jour de ses funérailles. Son père est militaire, il est agacé parce que son fils dès l'âge de 10 ans veut se convertir au christianisme, c'est pourquoi il lui impose de s'engager dans l'armée dès ses 15 ans. Martin étant fils de vétéran, il va toucher une solde double et en outre, il " possède " un esclave qu'il traitera comme un frère. Il est affecté à Amiens en Gaule car il possède bien la langue du pays. Riche, relativement généreux sûrement, il ne cesse d'aider les pauvres et distribue largement son argent. Un soir de l'hiver 334, il croise un déshérité qui est transi de froid. Il tranche d'un coup d'épée la chaude doublure de sa cape et donne une moitié au pauvre hère. Plus tard, sa cape sera exposée dans une salle qui prendra le nom de chapelle.

A Amiens, il se fait baptiser à Pâques de l'an 356. Libéré de ses obligations militaires, il se rend à Poitiers pour rejoindre Hilaire. Son statut d'ancien militaire interdit qu'il soit prêtre. Les courants religieux sont très puissants et la lutte entre la foi arienne et la foi trinitaire est violente. Hilaire est exilé. Martin rejoint ses parents, il convertit sa mère au christianisme. Il est en permanence poursuivi et chassé par les ariens, ce qui le conduit à se réfugier sur une île déserte (Gallinaria) où il mène une vie d'une pauvreté extrême. Les luttes religieuses se calment en 360 ; les trinitaires redeviennent puissants et Hilaire récupère son évêché. Martin est informé, il revient en Gaule à Poitiers où il crée un ermitage à l'abbaye de Liguge. Dans ce monastère, il évangélise pendant dix ans. En 371, l'évêque de Tours meurt, Martin refuse la succession, mais les habitants l'enlève et le nomme évêque le 4 juillet, sans son aval. Il crée un nouvel ermitage à Marmoutier avec comme règles de vie : la pauvreté, la mortification et la prière. Il parcourt les campagnes qui sont en majorité païennes et fait détruire temples et idoles. Il remplace les sanctuaires païens par des églises et des ermitages. Son monastère est considéré comme le moyen le plus puissant de diffusion du christianisme en Gaule. Il est entouré par 80 frères, souvent issus de l'aristocratie, ce qui permit en outre de rapprocher l'armée de l'église. Bien que fatigué et très âgé, il accepte de se rendre à Candes-sur-Loire pour réconcilier des clercs. Son intervention est couronnée de succès mais, épuisé, il meurt le lendemain (8/11/397). Sa dépouille est enterrée dans le cimetière chrétien de Tours.

Une légende veut que des fleurs se soient écloses lors du passage de sa dépouille entre Candes et Tours. Ce phénomène a donné naissance à l'expression "l'été de la St Martin ".
Aujourd'hui en France, 216 communes portent son nom et environ 3700 églises, dont celle de Poligny, sont placées sous son vocable. Dans l'église de Poligny, on peut admirer un vitrail qui représente Saint Martin. (photo)

ASPP de Poligny tout droit réservé. CGA A french man in Camargue.