Faune et Flore

La marmotte

La marmotte

On trouve des marmottes entre 800 et 3000 mètres d’altitude. Ce n’est pas une race protégée. Elles ont été réintroduites après-guerre, dans les Pyrénées, le Jura et la Lozère et ce avec succès.

Ce mammifère fouisseur, mesure 50 cm de long, avec une queue de 20 cm pour un poids qui varie de 6 kilos avant l’hiver à 3 kg au printemps. Tout le corps est revêtu d’une fourrure brillante à longs poils brune sur le dos qui devient rousse, plus courte et moins dense sur le ventre. La queue se termine en forme de touffe avec des poils noirs. Les pattes sont très musclées ce qui lui permet de se déplacer avec une agilité surprenante pour cet animal plutôt trapu. Les pattes antérieures sont munies de quatre longs doigts avec de fortes griffes pour creuser des tunnels souterrains. Les pattes postérieures possèdent cinq doigts munis de griffes moins puissantes.

 La tête est plate avec des yeux saillants et de petites oreilles. La lèvre supérieure est en forme de bec de lièvre. Il existe sur le visage (lèvre supérieure, sourcils, bajoues, menton) des vibrisses qui servent d’antenne dans l’obscurité.

Elles appartiennent à l’ordre des rongeurs et sont munies de deux incisives supérieures très longues qui comme les deux plus courtes du bas sont à croissance continue et s’usent en biseau. Elles ont plus en arrière dix molaires supérieures et huit inférieures. Elles se nourrissent d’herbes et de plantes aromatiques.

Ce sont des mammifères relativement prolifiques puisqu’après une gestation printanière de trente-cinq jours elles accouchent de deux à six marmottons.

Leur terrier leur permet de s’abriter en cas de danger, de pluie, et surtout d’hiberner, ce qui impose une construction méticuleuse et précise. Le tunnel creusé sous terre est long de dix mètres environ. Il descend à trois mètres sous le niveau de la terre pour être à l’abri du gel hivernal. Ce tunnel se termine par une chambre principale qui peut atteindre un mètre cube. La marmotte creuse avec ses pattes avant, dépasse la terre remuée et la projette à l’extérieur en reculant au moyen de leur arrière train.

Durant les beaux jours elles adorent se prélasser au soleil, jouer devant leur terrier. Elles sont très vigilantes car renards, chiens, loups, martres et surtout l’aigle royal sont à l’affût et prêts à les dévorer. Leur vision est excellente et dès que l’une d’entre elles aperçoit un ennemi elle crie de manière stridente (comme des coups de sifflet) et toutes se précipitent dans leur terrier respectif.

Ce terrier sera leur abri hivernal vers la mi-septembre. Les marmottes amassent des provisions qui ne seront pas systématiquement consommées. Elles ferment le souterrain un mètre après l’entrée sur une longueur de deux mètres. Elles se mettent en boule et se couchent les unes contre les autres.

Petit à petit elles s’endorment et ce pour une durée de six mois. Durant cette période, leur cœur se ralentit et passe de cent quarante à trois battements par minute, leur température de 38°descend à 4° et leur respiration se réduit à une inspiration toutes les trois minutes. Pendant leur hibernation, elles perdent 2kg soit presque la moitié de leur poids. Si lors de leur réveil il ne leur est pas possible de sortir (trop de neige par exemple) elles vont attendre en consommant la nourriture emmagasinée.

ASPP de Poligny tout droit réservé. CGA A french man in Camargue.