Faune et Flore

Le bouquetin des Alpes

Le bouquetin des Alpes

Le bouquetin (Capra ibex) est un ruminant qui appartient à la famille des bovidés. Il persiste dans l'arc alpin d’où il a failli disparaître au XIXéme siècle à cause de la chasse car il est facile à approcher et à tirer.

De plus, sa viande était très appréciée. Il était également prisé pour la médecine de l'époque. Les cornes étaient broyées en poudre comme remède pour l'impuissance, son sang pour soigner les calculs rénaux...

Du fait de leur isolement géographique entre la France et l'Italie, une petite population de bouquetins en provenance du parc national italien du Grand Palais est venue renforcer la population de bouquetins de la vallée de la Maurienne. Les échanges entre les deux populations ont contribué au renouveau de l'espèce.

En 1963, le parc national de la Vanoise a été créé, protégeant ainsi les animaux.

Pour accélérer le repeuplement, un programme de réintroduction a été fait dans la Vanoise et dans la quasi-totalité du massif alpin.

Chaque année des comptages sont organisés. La population de bouquetins des Alpes n'est plus en danger, mais reste fragile.

Le mâle est appelé : bouc, la femelle : étagne, éterle quand elle est jeune et le petit : cabri.

Le mâle mesure entre 70cm et 90cm au garrot, pour une longueur de 1,40 à 1,60 mètre et un poids de 65 à 100kg. La femelle est plus fine, elle mesure entre 70cm et 80cm au garrot, a une longueur comprise entre 1,05 et 1,45 mètre et un poids de variant de 35 à 50kg.

Le mâle est trapu, la croissance de ses cornes débute quatre mois après sa naissance et elles grandissent tout au long de sa vie. Elles peuvent atteindre un poids de 70 à 100kg pour une longueur de 70cm à 1 mètre. Elles sont recourbées vers l'arrière, en forme de cimeterres et se parent de bourrelets appelés aussi nodosités.

La femelle est plus fine, elle a des cornes plus fines, moins longues et elles sont dépourvues de bourrelets.

La détermination de l'âge se fait par les cornes à partir des sillons circulaires visibles sur la face postérieure de l'étui et cela quel que soit le sexe de l'animal.

Elle peut se faire également par la dentition mais cette méthode est moins fiable.

Tout au long des saisons, le bouquetin change de poils. L'été il est court, de couleur gris-beige, sauf le ventre qui est blanc. A l'automne, son pelage devient plus épais, plus long et plus foncé. Il met sa robe d'hiver qui le protégera du froid hivernal.

Le pelage de la femelle subit le même changement, mais reste plus clair que celui du bouc.

On trouve les bouquetins à une altitude variant de 500 à 3300 mètres. Très agile, il vit sur des parois escarpées. Ses onglons lui permettent d'adhérer parfaitement aux rochers.

L'été on les trouve en altitude pour se nourrir de pâturages non accessibles aux autres herbivores et l'hiver ils descendent dans les vallées à la recherche de nourriture.

Comme le chamois, le bouquetin est un animal diurne. Dès le lever du soleil, et le soir juste avant la tombée de la nuit, il s'active à la recherche de nourriture.

Le reste du temps il se couche.

Il se nourrit essentiellement de graminées, de mousses, de noisetiers, de genévriers...

Les bouquetins vivent en harde, séparant les mâles et les femelles.

La harde des femelles regroupe les mères allaitantes, les jeunes femelles et les jeunes d’un an. Au bout d'un an les jeunes mâles rejoindront la harde des mâles et devront se faire une place dans la hiérarchie.

Au moment du rut, les hardes se rejoignent.

La période du rut commence en décembre et se termine à la mi-janvier. Dans le groupe, se crée une hiérarchie. Il y a toujours un mâle dominant et généralement c'est un vieux mâle. Il choisit ses femelles, laissant moins de chance aux jeunes mâles de se reproduire.

La gestation dure 170 jours et la mise à bas se fait en juin.

La femelle donne naissance à un seul cabri, elle l'allaite durant 2 à 3 mois. Dès sa naissance le petit tient debout.

Dans le Champsaur, on comptait 304 bouquetins en 2016.

La réintroduction (30 bouquetins) s'est faite entre 1994-1995 dans la vallée de Champoléon, dans le parc des Écrins. Elle abrite 76% de la population.

Puis 4 communes ont été colonisées depuis 2003 (Commune de La Motte, commune de Champoléon, commune de La Chapelle en Valgaudemar, commune d'Orcières ainsi que de la vallée de la Vallouise).

Vous pouvez suivre la localisation des bouquetins à l'adresse suivante : http://bouquetins.ecrins-parcnational.fr

Lors de vos randonnées dans notre région, vous pourrez les observer au niveau du refuge du Tourrond, du Gioberney, dans la vallée de Molines et au Vieux Chaillol.

Vidéo filmée dans le Valgaudemar, au dessus du Gioberney.
_____________________________________________________________________________________

_____________________________________________________________________________________

ASPP de Poligny tout droit réservé. CGA A french man in Camargue.