Historique

Les patarons

Les patarons

Restant fidèles au Pape, des Champsaurins croyants formèrent " la petite église " et pendant un siècle ils luttèrent contre les règles imposées par Napoléon Bonaparte.

En 1801, la décision prise par Bonaparte, dans le Concordat, de nommer ses évêques sans l'avis du pape n'a pas été acceptée par tous les Champsaurins. Les dissidents catholiques traditionnalistes parlaient souvent du pape, ce qui leur valut le surnom de " patarons ". Ce surnom est ironique, voire méprisant si l'on sait qu'à l'époque on utilisait le mot " patareau " pour désigner une serpillière. Ces catholiques menaient une vie très austère, ils respectaient tous les jeûnes, célébraient les 14 fêtes religieuses réduites à 4 par le Concordat, et se confessaient directement à Dieu. Ils baptisaient leurs enfants, ne les déclaraient pas à l'état civil. Les mariages se faisaient au sein de la " secte ". Les morts étaient enterrés la nuit clandestinement. Trois chapelles à Villard de Laye, Pont du Fossé et à Buissard acceptaient les réunions. Devant ces chapelles se trouvait une croix dont les extrémités étaient triangulaires. La chapelle dite du moulin, à Pont de Fossé, était la plus connue.

article patarons aspp1

Cette chapelle superbe est à côté du moulin. On y entre par une porte ravissante. Devant la chapelle, on découvre la croix avec sur le tronc une niche qui abrite la vierge et un petit bénitier taillé dans la pierre.

article patarons aspp2 article patarons aspp3

En 1803, on dénombrait 1000 patarons dirigés officiellement par le meunier, Dusserre Bresson, du Pont du Fossé alors que c’étaient surtout les femmes qui dirigeaient leur « petite église ». Les Champsaurines de cette secte portaient autour du cou la croix « pataronne » aux trois extrémités triangulaires (sainte trinité). Les prêtres dissidents étaient pourchassés, emprisonnés et c’est l’abbé Beaunier qui, une fois par an, venait « en cachette » pour dire la messe dans la chapelle privée du meunier. Les patarons, qui ont disparu avant la première guerre mondiale, ont finalement été logiques dans leur démarche car les catholiques sont redevenus fidèles au Pape.

Consulter notre galerie de photos sur les Patarons.

ASPP de Poligny tout droit réservé. CGA A french man in Camargue.