Métiers d'autrefois

L'amoulageur

L'amoulageur

Un amoulageur est un ouvrier spécialisé dans  la construction des roues à aubes pour les moulins à eau dont l’existence remonte en l’an 18 avant J-C.

Au Moyen Age, la plupart des moulins à eau appartenaient aux seigneurs ou aux monastères qui disposaient juridiquement des cours d'eau. De plus ils avaient les moyens financiers pour les faire construire et les entretenir. Ils usaient de leur « droit de ban » pour instaurer le monopole du moulin banal. Selon les lois en vigueur, tout le blé récolté dans un certain périmètre du moulin devait y être amené et moulu contre redevance (dite banalité) reversée d'une part au seigneur et d’autre part au meunier.

Pour que l'eau développe sa force motrice, il faut la diriger vers la roue qu'elle doit mettre en mouvement par son poids. En 1809, on compte en France 50 000 moulins à roue verticale et 32 000 à roue horizontale.

La « roue à pales » est horizontale, ce procédé est simple car il transmet directement le mouvement rotatoire à la meule. Le nombre de pales au début était de 4 pour arriver à 16 puis, pour finir, les techniciens avaient réalisé une roue « à cuillers ». Ce système peu rentable a progressivement été remplacé par les roues verticales.

Les moulins à eau sont construits directement sur le cours d'eau ou, si le tracé du cours d'eau n'est pas propice à la construction, on capte l'eau et on l'amène jusqu'à l'endroit choisi par un canal de dérivation, le bief, qui peut parfois être assez long.

Le plus souvent on commence par construire un barrage formant une retenue d’eau en amont du moulin afin d’avoir une chute plus rapide. A hauteur de la roue, on construit un muret qui est parallèle à la berge et qui contient une écluse avec une vanne à hauteur réglable pour moduler le débit de l’eau.

La roue entraîne l’arbre horizontal de la machinerie et des meules qui sont fragilisées par le gel et les crues excessives.

L'amoulageur est un métier difficile qui nécessite des connaissances en maçonnerie, hydraulique, mécanique et charpenterie. Il faut compter entre 800 et 1200 heures pour faire ou refaire une roue à aubes qui est un travail sur mesure. Par extension, l’amoulageur est un fabricant de meubles pour les moulins et un ouvrier spécialisé dans les charpentes et machineries de moulins.

Au XI° siècle, on compte environ 50 000 moulins en France et au XVI° siècle environ 75 000, chiffre qui reste à peu près constant jusqu'au début du XIX° siècle. En 2007,  il subsistait en France moins de 10 amoulageurs.

_______________________________________________________________________________________________

Vu sur la toile : une roue à aubes dans le Champsaur par Gérard Beaudoin

Une roue à aubes a été reconstruite par les élèves du lycée Poutrain de Saint Jean Saint Nicolas département des Hautes Alpes et fonctionne à merveille depuis plusieurs années. Pour plus d'informations sur le lycée Poutrain et les réalisations des élèves, n'hésitez pas à consulter le site web : http://lyceepoutrain.fr/

ASPP de Poligny tout droit réservé. CGA A french man in Camargue.