Métiers d'autrefois

Le sabotier ou savetier

Le sabotier ou savetier

Le sabotier est un artisan qui fabrique des sabots, ou un commerçant qui vend des sabots. Le sabotier travaillait dans les régions où il y avait des forêts.

On trouvait dans le passé des sabotiers dans pratiquement toutes les régions de France. La difficulté de transport du bois imposait à ces artisans de vivre et travailler aux abords des forêts, souvent avec toute la famille, dans une hutte qu'il construisait sur place F2. Au XIXème siècle, lorsque l'usage du sabot se développa, chaque village eut besoin de son propre sabotier. Un homme actif consommait alors cinq à six paires de sabots par an.

Bretagne : hutte de sabotiers en forêt (carte postale Emile Hamonic, vers 1900)

Bretagne : hutte de sabotiers en forêt (carte postale Emile Hamonic, vers 1900)

Le sabotier achetait son bois sur pied et le faisait transporter jusqu'à son échoppe.

Parfois, le sabotier abattait et débitait lui-même son bois. Il utilisait régulièrement du bouleau, parfois de l'orme, du hêtre. Le sabot haut de gamme se fabriquait dans le noyer. Le peuplier était utilisé pour faire les sabots utilisés en milieu humide car il est antidérapant. Le chêne et le frêne étaient peu utilisés, car beaucoup trop lourds.

Les bûches étaient débitées, avec la scie passe partout.

Scie passe-partout

Scie passe-partout

Ensuite le sabotier dégrossissait la forme à la hache à bûcher. Cette hache (doloire, à fer déporté, à un seul saillant) possédait un manche court terminé par une boule pour contrebalancer le poids du tranchant.

L'herminette ou tille, servait ensuite à former le talon en creusant la cambrure du sabot.

Herminette plate

Herminette plate

 

Le paroir, sorte de lame tranchante de 80 cm, fixée à une extrémité permettait de donner la forme extérieure du sabot.

Le creusage s'amorçait à la tarière, sorte de vrille de 40 cm, puis se finissait avec les gouges cuillères (gouges de formes et de tailles différentes).

Vrille

Vrille

Gouge cuillère

Gouge cuillère

Le boutoir pour le plancher et les bords verticaux, la ruine (ou rouanne) pour les deux extrémités du sabot, permettaient d'accéder au fond du sabot pour la finition avec la râpe qui affine le plancher.

Gouge sabot

Gouge sabot

Le sabot était façonné avec du bois vert, ce qui imposait un temps de séchage de trois à cinq mois.

Le sabot connaîtra une période faste jusqu'à la première guerre mondiale. Le déclin commence à s'amorcer dans les années 50 avec l’apparition des chaussures en caoutchouc et des bottes montantes.

ASPP de Poligny tout droit réservé. CGA A french man in Camargue.