Métiers d'autrefois

Débardage en forêt

Débardage en forêt

Cette étape permet de transporter les arbres après leur coupe vers une zone de stockage (chargeoir) près d’une voie sur laquelle on peut les charger en quantité pour un transport ultérieur.

L’utilisation du cheval élimine la pollution, le bruit et assure une bonne protection du sol. De plus, il se faufile dans des passages de seulement un mètre de large. Autres avantages, les chevaux ne tassent pas les sols, ne s’enlisent pas et n’ont pas peur des reliefs pentus et caillouteux. Ces animaux puissants travaillent par tous les temps. En revanche cette technique est plus lente, plus coûteuse que les interventions avec des tracteurs et ce surtout sur les longues distances.

Les chevaux dressés à cet exercice sont équipés d’un harnais, d’un collier, ils sont guidés par deux guides ou un cordeau. Les arbres à tracter (grumes) sont tenus par une chaîne avec un collier étrangleur et attachés au palonnier. Le cheval est plus rentable et plus rapide que le bœuf. Ce mode de travail est en croissance en France. Cet art permet de diversifier les activités, de développer le tourisme rural, de conserver la race des chevaux de trait.

Il existe neuf races de chevaux de trait : Comtois, Breton, Percheron, Ardennais, Cob Normand, Boulonnais, du Nord, Auxois et Mulassier Poitevin. Le plus connu et le plus répandu est le percheron qui est le descendant d’étalons arabes amenés dans le comté de Perche au VIII° siècle.

________________________________________________________________________________________________________

En vidéos

ASPP de Poligny tout droit réservé. CGA A french man in Camargue.